Les critiques

 

     L'Ensemble Jessé à la conquête du Soleil

 

La polyphonie expressive du maître de chapelle du prince de Conti, le fort cultivé André Campra, offre des occasions rêvées à ce chœur sensible et intelligent de se jouer de ses méandres rythmiques et mélodiques.

 

Le Transfige Dulcissime Jesu de Charpentier pour double chœur déroule une somptueuse tapisserie de sonorités suspendues et changeantes.  Des interventions solistes de voix naturelles, parfois même blanches, allègent une texture expressive que colore discrètement, mais avec une réelle poésie, le trio instrumental Musica Poetica (luth, viole de gambe et orgue positif).  Les jeux de timbres des Litanies de la Vierge de Moulinié écartent définitivement les nuages et les accents cuivrés d'un excellent baryton répondent à une lumineuse soprano sur fond de superbes entrelacs contrapuntiques vocalisés par le chœur.       

 

Bulle - 2001 MAP
 

     Les Vêpres à la Vierge de Charpentier font merveille

 

Ses Vêpres à la Vierge (vers 1670) que chantait Vendredi-Saint au cantorama de Bellegarde l'Ensemble vocal Jessé de Genève dirigé par François Rouvinez se sont révélées être une pure merveille vocale de l'art baroque.

 

Dans les nombreux psaumes, l’art de l’antiphone, en petits motets formés de brèves phrases, est bien articulé par l’Ensemble Jessé, qui possèdes registres de ténors et de basses superbes au timbre frangé de lumière.  L’Ensemble Jessé traduit la variété des traitements musicaux du texte par des séquences impeccablement mises en place, qu’il s’agisse des nombreuses hémioles rythmiquesDes ornements tremblés si mélodieux de la tierce picarde par le « dessus » ou tout simplement de petites fugues « à la française » dans la partie Laudate pueri Dominum.  Dans toutes ces formes ingénieuses, il faut signaler la bonne prestation des ténors et des basses, à la laquelle on ajoute celle des altis, un registre précis et chantant. 

 

Des moments de bonheur musical sortant de l’ordinaire ...  cette pleine heure de musique sacrée de Marc-Antoine Charpentier a été intense dans l’expression ravie de la foi.                  

 

La Liberté – Mardi 14 avril 1998 – Bernard Sansonnens